Quoique j’écrive sur ma route, Mon tendre Paul et ma Lili, Demeureront sans aucun doute, Mes deux plus grandes symphonies.

Posted by fred Category: La pensée du jour

Quoique j’écrive sur ma route,

Mon tendre Paul et ma Lili,

Demeureront sans aucun doute,

Mes deux plus grandes symphonies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Required fields are marked *.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>